Actualitémédiaspresse

Bambi raconte son amour pour Paris dans le magazine Holiday

Marie-Pierre Pruvot (Bambi), interview dans Holiday
Marie-Pierre Pruvot (Bambi), interview dans Holiday
1.4kviews

L’édition automne-hiver 23/24 du magazine Holiday consacre une interview à Bambi (Marie-Pierre Pruvot) sur sa relation passionnée avec la capitale française : Paris.

Interview traduite menée par Raphael Malkin

Découvrez les ouvrages de Marie-Pierre Pruvot avec les éditions Ex-Aequo

Si vous deviez soudainement devenir maire de Paris, quel problème aborderiez-vous en premier ?

Bambi : Le trafic, bien sûr ! Le sens de circulation dans les rues de Paris a été modifié ; tu ne peux plus aller où tu veux. J’ai perdu tous mes itinéraires préférés. Les autorités locales voulaient améliorer la fluidité du trafic, mais à mon avis, elles ont finalement créé un énorme désordre. Autant vous le dire : je regrette vraiment de ne plus pouvoir circuler en voiture le long des berges. Les piétons sont les seuls qui comptent ces jours-ci. C’est bien le week-end, mais il n’y a personne en semaine ! Heureusement, je suis aussi un piéton. J’adore me promener la nuit à Saint-Germain, sur les Champs-Elysées ou encore Pigalle, le quartier de ma jeunesse. C’est poétique et ça rappelle des souvenirs.

Est-il encore approprié de porter un béret à Paris ?

Bambi : Je dirais qu’il ne représente plus Paris depuis quelques temps déjà, mais cela reste un accessoire très pratique en ville. Vous le portez sur une jolie coiffure et le fixez avec quelques épingles à cheveux. Cela rendra vos cheveux ondulés lorsque vous les enlèverez. Je porte parfois un béret lorsque je sors prendre le thé de l’après-midi ou dîner au restaurant. Une fois sur place, je vais aux toilettes, je l’enlève, je passe un peigne dans mes cheveux puis je vais m’asseoir. L’autre jour, sur les Champs-Elysées, je suis tombé sur une boutique vendant des bérets de différentes couleurs. J’en aurais volontiers acheté quatre ou cinq.

Où est Madame Arthur – ou l’esprit de Madame Arthur- actuellement ?

Bambi : Madame Arthur est un célèbre cabaret du quartier de Pigalle ouvert après la Seconde Guerre mondiale. A mon époque, le spectacle commençait très tard, après la dernière séance au cinéma. Les hommes qui vivaient comme des hommes pendant la journée se déguisaient en personnages de bandes dessinées. J’étais l’un de ces personnages. Nous avions un animateur nommé Maslowa qui avait succédé à Bigoudi et Floridor, tous deux décédés. Il portait un pyjama rose et c’était une véritable reine. C’était une époque mouvementée où nous voulions tous nous amuser à tout prix. Quand Maslowa est parti, tout a changé. Tout cela n’existe plus vraiment.

Que préférez—vous : les trottoirs étroits des petites rues du Marais ou les très grandes avenues du cœur de Paris ?

Bambi : Les grandes rues me conviennent mieux. Il y a beaucoup d’espace pour se promener et aménager des terrasses de café. J’aime aussi quand les voitures passent. Pour toutes ces raisons, les Champs-Elysées sont définitivement mon endroit préféré. Vous pouvez respirer ! On ne peut pas marcher quand il n’y a pratiquement pas de trottoir, sauf s’il s’agit d’une rue réservée aux piétons, ce qui est aussi assez charmant.

A quoi ressemblerait un portrait de vous réalisé par un peintre sur la place du Tertre ?

Bambi : Je ne voudrais pas que le peintre fasse allusion à mon passé de danseuse de cabaret en me faisant paraître vulgaire. J’aimerais qu’il gomme cet aspect. J’ai été professeur de littérature pendant 30 ans et personne n’a jamais rien su de mon passé. Quand j’ai finalement écrit un livre racontant mon histoire, j’ai été interviewé à la radio sur France Inter. Un ancien élève m’a reconnu et il a contacté la radio. On m’a dit qu’il m’avait complimenté. Apparemment, il a dit : « Je l’admire encore plus. » Cela a été un soulagement.

Avez-vous déjà déniché un trésor chez un libraire des bords de Seine ?

Bambi : Pendant longtemps, j’ai été convaincu que je ne trouverais rien. Avant, je pensais que tout cela n’était qu’un fouillis chaotique et de très mauvaise qualité. Et puis un jour je suis tombé sur une édition du célèbre Mémorial de Sainte-Hélène – autrement dit, les mémoires de Napoléon, collectionné par le Comte de las Cases – deux volumes de la prestigieuse collection éditoriale Pléiade ! Je l’ai acheté sans hésiter et je peux vous dire qu’il m’a coûté bien moins cher que ce que j’aurais payé dans une librairie de Saint-Germain. Un vrai coup de chance.

Qu’est-ce que les touristes au sommet de la Tour Eiffel n’ont pas et que vous, au contraire, avez ?

Bambi : Ce n’est pas une question de vue, c’est une question de sentiments. Lorsqu’ils contemplent la ville, ils ne l’aimeront jamais comme moi. Je suis amoureuse de Paris depuis mon arrivée ici en provenance d’Algérie, un soir de décembre 1953. Paris et moi sommes pratiquement une famille. A Paris, j’ai repris la vie ; Je suis devenue moi. Bien sûr, j’aime aussi d’autres villes – Rome, Athènes, Tokyo, Sydney – mais elles ne sont pas comme Paris. J’aime beaucoup de femmes, mais Paris est ma mère, et tu aimes toujours ta mère le plus.

Quelle serait votre version idéale de Pigalle ?

Bambi : C’est évidemment le Pigalle que j’ai connu lorsque je travaillais chez Madame Arthur qui me vient à l’esprit. J’aimerais retrouver cet homme qui vendait des partitions bleues et roses, par exemple. Dans mon Pigalle, il y aurait aussi tous les musiciens qui, à mon époque, se rassemblaient sur la place en fin d’après-midi pour trouver une production à jouer ou à remplacer. Il y en avait des centaines chaque jour. J’ai beaucoup aimé ça. En arrivant à Pigalle, j’ai aussi été très intriguée par les femmes qui se détachaient dans le froid et qui semblaient attendre quelque chose. Il m’a fallu du temps pour réaliser qu’elles étaient des prostituées. A Alger, d’où je suis originaire, cela n’existait pas !

À votre avis, qu’y a-t-il à l’intérieur des catacombes ?

Bambi : Je n’ai jamais visité les Catacombes, mais j’ai vu des photos. Je trouve tous ces crânes et ces os effrayants. Ils me font penser à la mort, et je n’ai pas besoin de les voir pour savoir comment je finirai un jour. Je me souviens que lorsque je dansais au Carrousel, également à Pigalle, un artiste étranger voulait m’emmener visiter les Catacombes. Je lui ai dit non. Quand il est revenu après sa visite, il m’a dit qu’il faisait froid là-bas. C’était macabre. Je ne finirai pas comme ça, comme un tas de vieux ossements. Je préférerais être incinéré. C’est plus digne.

Où serez-vous lors des Jeux Olympiques de Paris 2024 ?

Enfermée à la maison ! Si cela n’avait tenu qu’à moi, il n’y aurait jamais eu de Jeux Olympiques à Paris. Je les aurais donnés à une région comme la Bretagne, ou aux environs de Lyon ou de Marseille. Je ferai de mon mieux pour éviter les foules. J’aurais trop peur d’avoir trop chaud et de m’évanouir. Et si je devais recevoir les premiers soins ? N’aurais-je pas l’air idiote alors ?

Pour en savoir plus : Magazine HOLIDAY

Leave a Response

Bambi Team

Bambi Team

Rédacteur
Sous la directive de Bambi (Marie-Pierre Pruvot), nous mettons tout en oeuvre pour publier des informations et des médias afin de vous faire vivre ou revivre le "Paris by night" des années 60, cher à Bambi.

Utilisations de cookies Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer